Archives: Politique intérieure | Politique


La vice-présidente sociale-démocrate du Sénat Alena Gajdůšková a déposé ce lundi au bureau d’enregistrement de la Cour constitutionnelle la demande de 29 sénateurs de plusieurs partis politiques de faire annuler l’amnistie décidée par Václav Klaus et ayant conduit à la libération de plus de 7000 prisonniers et à la fin de nombreuses procédures judiciaires concernant notamment des affaires de corruption. Selon la sénatrice, cette décision, qui a surpris tout le monde, a enfreint « les droits élémentaires et la liberté d’au moins 150 000 personnes." Alena Gajdůšková ajoute que la plainte constitutionnelle est une « tentative désespérée de sauver ce qui peut encore l’être ». D'après elle, le fait que des personnalités impliquées dans des scandales de corruption ne soient pas jugées, n’effectuent pas leur peine et pourraient de plus être indemnisées aurait pour conséquence une perte supplémentaire de confiance des citoyens dans leur justice.

Toutefois, le président de la Cour constitutionnelle Pavel Rychetský a déclaré, dimanche, qu’il restait encore à déterminer si cette plainte des sénateurs pourrait être acceptée, faute de jurisprudence en la matière. Il a par ailleurs précisé qu’en aucun cas, la Cour constitutionnelle ne se prononcera sur la légitimité de l’amnistie, qui relève exclusivement des pouvoirs du président de la République et du Premier ministre, lequel a contresigné la décision du chef de l’Etat.

Les deux candidats en lice pour le second tour de l’élection présidentielle pourront chacun compter sur le soutien de différents partis politiques et candidats malheureux lors du premier tour. Arrivé en tête du premier tour avec 24,2 % des suffrages, Miloš Zeman bénéficiera notamment du soutien de son ancienne formation, le Parti social-démocrate, dont le candidat, Jiří Dienstbier, est arrivé en quatrième position (16,1 %). Le Parti communiste, autre principale formation de gauche du pays, a lui aussi indiqué qu’il appelait ses partisans à voter en faveur de l’ancien Premier ministre. Deuxième du premier tour avec 23,4 % des voix, Karel Schwarzenberg peut lui compter sur l’appui du Parti civique démocrate (ODS), dont le candidat, Přemysl Sobotka, a obtenu un très faible résultat (2,3 %). Ministre des Affaires étrangères et vice-Premier ministre, Karel Schwarzenberg est le président de TOP 09, un des deux principaux partis avec l’ODS de l’actuelle coalition gouvernementale de droite dirigée par Petr Nečas. Karel Schwarzenberg sera également soutenu par la députée européenne chrétienne-démocrate Zuzana Roithová, sixième du premier tour de l’élection présidentielle avec un score de 5 %. Autre candidate malheureuse, Taňa Fischerová ne s’est pas prononcée ouvertement, mais a néanmoins déclaré qu’elle voterait très probablement pour Karel Schwarzenberg. De leur côté, l’ancien Premier ministre Jan Fischer et l’artiste Vladimír Franz, respectivement troisième et cinquième et du premier tour avec 16,4 % et 6,8 % des suffrages, n’ont donné aucune recommandation à leurs électeurs pour le second tour. Jan Fischer a toutefois lui aussi déclaré que Karel Schwarzenberg était le candidat qui lui était le plus proche parmi les deux finalistes. Le second tour de l’élection présidentielle se tiendra les vendredi et samedi 25 et 26 janvier.