Archives: Politique étrangère | Diplomatie


Le premier ministre Petr Nečas, en visite en Moscou, a déclaré que la République tchèque voyait la Russie comme un espace de grandes possibilités pour les investissements tchèques. Avant de tenir ces propos, il s’est entretenu avec son homologue russe Dmitri Medvedev, lequel lui aurait proposé de travailler à mettre fin au déséquilibre qui caractérise les relations tchéco-russes en matière économique. Les investissements tchèques en Russie seraient en effet bien plus nombreux que ceux russes en Tchéquie. Petr Nečas est accompagné par Martin Kuba, le ministre de l’Industrie et du Commerce et par 80 entrepreneurs. Il se rend ce lundi soir à Saint-Pétersbourg pour assister à une conférence sur la coopération économique entre la République tchèque et la Russie.

En marge de ces discussions économiques, Petr Nečas a rencontré un groupe d'avocats spécialistes des droits de l'Homme à Moscou. Il est toutefois resté inflexible, affirmant qu'il n'éprouvait aucune sympathie pour les membres emprisonnées du groupe punk Pussy Riot. Le premier ministre tchèque a déclaré que pour lui, ces dernières n'étaient pas des combattantes des droits de l'Homme, mais des jeunes femmes qui avaient profané une église orthodoxe, et avaient été punies pour ces faits, bien que trop sévèrement. Il a également mis en garde les médias contre la création de ce qu'il a appelé de "fausses idoles". Selon Radio Liberté, le chef du gouvernement tchèque a clairement fait comprendre que trop d'attention aux questions des droits de l'Homme pourrait mettre en danger les relations économiques tchéco-russes.