Archives: Politique étrangère | Diplomatie


Le parti social-démocrate et le plus petit parti de la coalition gouvernementale, Affaires publiques, ont demandé ce vendredi au président tchèque Václav Klaus de se distancier des propos homophobes de son chancelier adjoint. Pour une des membres du parti ČSSD, de tels propos sont « inacceptables » venant d’un proche conseiller du chef de l’Etat. Le président Klaus a toutefois fait savoir aussitôt dans un communiqué qu'il soutenait Petr Hájek : pour le président comme pour son conseiller, le maire de la ville de Prague (ODS) n'aurait pas dû accepter le patronnage de la première marche des fiertés de la capitale tchèque (le 13 août). Sur le site de la revue Parlamentní Listy, Petr Hájek a condamné un événement qui d’après lui élève les « déviations, sexuelle ou autre, au rang de vertus, l'anormalité au rang de norme, et la destruction de la société au rang de saint progrès. » Petr Hájek n’en est pas à son premier coup d’éclat puisqu’il a plusieurs fois exprimé des opinions conspirationnistes sur le 11 septembre et remet en cause la théorie de l’évolution de Darwin. A noter que la deuxième ville du pays, Brno, organise déjà sa propre marche des fiertés depuis trois ans.

Les ambassades de 13 pays à Prague ont quant à elles exprimé leur soutien à la Prague Pride : ce soutien a été coordonné par l'ambassade de Grande-Bretagne qui a précisé à l'agence de presse CTK qu'il n'était pas lié aux déclarations de Václav Klaus et Petr Hájek.