Archives: Histoire | 1968


L’ambassade de Russie en République tchèque a nié, dans un communiqué publié mercredi, la participation du maréchal soviétique Ivan Koniev à l’invasion de la Tchécoslovaquie en août 1968. L’ambassade a ainsi réagi à l’information selon laquelle la mairie du VIe arrondissement de Prague, où se trouve un monument à la gloire du général, entend installer au même endroit une plaque précisant le rôle de celui-ci dans la préparation de l’occupation de la Tchécoslovaquie. Le communiqué de la diplomatie russe était adressé directement au maire de Prague 6.

La statue d’Ivan Koniev a été vandalisée à plusieurs reprises ces derniers mois en étant partiellement recouverte de peinture rose. Le monument a été édifié en 1980 sous le régime communiste en hommage au maréchal pour son importante contribution en 1945 à la libération par l’Armée rouge de Prague et d’une grande partie de la Bohême et de la Moravie occupées par l’Allemagne nazie. Toutefois, son implication dans la répression de l’insurrection en Hongrie en 1956, dans la construction du mur de Berlin ou encore son passage à Prague en 1968 pour une opération de renseignement avant l’invasion du pays par les troupes du Pacte de Varsovie, sont aujourd’hui également reprochés à Ivan Koniev, faisant de lui un personnage controversé. L’ambassade de Russie précise que Koniev, compte tenu de son âge avancé, n’occupait plus de hautes fonctions au sein de l’armée soviétique en 1968. Par ailleurs, les archives ne confirment pas sa participation aux événements de l’époque.